Actualités

Accueil Actualités

Collecte des mesures GPS des récepteurs TOPCON

Afin de corriger les difficultés rencontrées lors de l’accès au serveur FTP des récepteurs GPS Topcon GB-1000 en place pour la surveillance géodésique des marégraphes de Roscoff et de Saint-Malo, à savoir :

>ftp 10.4.30.54
Connecté à 10.4.30.54.
520 All FTP connections (1) already in use: connection refused.
Connexion fermée par l'hôte distant.

Le protocole TDTP (Topcon Data Transfert Protocol) a été implémenté par l’ULR en utilisant le langage java (V1.6).

ETAPES DE FONCTIONNEMENT

- Lecture du fichier de configuration "collecte.config", voir ci-dessous.
- Récupération de la liste des acronymes à traiter.
- Connexion telnet au récepteur.
- Récupération de la liste des fichiers présents sur le GB-1000
- Téléchargement des fichiers non existants dans le répertoire local des fichiers bruts (.tps)
- Analyse du contenu du répertoire brut et conversion en fichier Rinex Hatanaka si nécessaire.

MISE EN PRODUCTION DE L’OUTIL

- Récupération du fichier jar ci-dessous
- Préparation du fichier de configuration (voir exemple ci-dessous)
- Execution de l’application à l’aide de la commande suivante
java -jar collecte_topcon -c CHEMIN_FICHIER_CONFIG

2Fichier jar2
Information : les sources du logiciel sont inclues dans le fichier jar.
Ce fichier peut être ouvert avec un outil de décompression (comme un fichier zip).

Java Archive - 96.1 ko
collecte_topcon

Ce code n’est compatible qu’avec une version de java 1.6 ou supérieure.

2Fichier de configuration "collecte.config"2

#########################################################
# Fichier de configuration du logiciel collecte_topcon
#                      V1.0.0
# Nécessite les outils "teqc" et "RNX2CRZ" directement
# accessibles dans le PATH.
#########################################################

#=============================================
#        PARAMETRAGE CONNEXION TOPCON
#=============================================
TOPCON_IP=80.14.222.239
TOPCON_PASSWD=WT1XHYW
TOPCON_PORT=8002

#=============================================
#           PARAMETRAGE LOGICIEL
#=============================================

#Acronyme à télécharger sur le TOPCON
ACRO=SMTG

#Chemin ou seront stockés les fichiers bruts
TOPCON_FILES_DIR=Y:/tps/

#Chemin ou seront placés les fichiers rinex.
# A ce chemin sera ajouté l'arborescence suivante : YYYY/DDD/
RINEX_FILES_DIR=rnx\


#=============================================
#               GESTION LOG
# Niveau de log du plus grand au plus fin :
# - SEVERE
# - WARNING
# - INFO
# - CONFIG
# - FINE
# - FINER
# - FINEST
#=============================================
LOG_LEVEL=FINEST
LOG_FILE=topcon.log

1/2 journée d’information SONEL

JPEG - 2.9 Mo
Valérie Masson-Delmotte

Les membres fondateurs de SONEL (IGN, SHOM, LEGOS, LIENSs), avec le soutien de l’École Normale Supérieure (ENS), ont organisé une demi-journée d’information le mercredi 15 octobre 2014 à l’ENS à Paris autour du système SONEL.

Suite au mot de bienvenue de Marc Mézard, Directeur de l’ENS, des présentations d’experts ont eu lieu dans le but d’expliquer le contexte scientifique dans lequel SONEL s’intègre, du besoin de maintenir des systèmes d’observation à long terme aux enjeux liés à l’obtention des données de niveau de la mer de grande qualité ainsi que leur apport dans des études liées au changement climatique. Une dernière présentation a décrit le système SONEL dans son ensemble, son histoire, sa structure, les produits qui y sont développés et les perspectives.

La journée s’est clôturée avec une table ronde animée par Philippe Courtier (chef du service de la recherche de la DRI ) à laquelle des représentants de divers établissements publics (MEDDE, ONERC, IUEM, Université Paris 8) ont participé et interagi avec l’auditoire.

JPEG - 1.5 Mo
La table ronde


Présentations :

- Observatoires fondamentaux de la Terre : application au système SONEL (François Barlier, Bureau des Longitudes)
- Relation climat – niveau des mers : 5ème rapport du GIEC (Valérie Masson-Delmotte, LSCE)
- Réchauffement anthropique des océans et montée du niveaux des mers (Marta Marcos, IMEDEA)
- Variations relatives et absolues du niveau marin (Guy Wöppelmann, LIENSs)
- SONEL : décrire et comprendre les variations du niveau de la mer (in situ) (Laurent Testut, LEGOS)

10èmes journées nationales Génie Côtier – Génie Civil. Sophia Antipiolis, 14-16 oct. 2008.

Ces journées sont l’occasion de faire le point sur les connaissances dans le domaine du génie côtier et du génie civil associé. Pour plus de détails sur le programme allez aux pages suivantes : http://www.pole-lagunes.org/web/view_section.php?id_section=569&anchorName=23

10th EGU Plinius Conference on Mediterranean Storms. Nicosia, 22-24 Septembre 2008.

Pour plus de détails sur le programme : http://meetings.copernicus.org/plinius10/programme/index.html

2009 meeting of the group of experts of the world programme GLOSS, Unesco, Paris, 11-15 mai 2009

Two meetings concerning the World Sea Level Observation Programme GLOSS will be held in Paris, at Unesco, from the 11 to the 15 May 2009, organised by the Intergovernmental Oceanographic Commission (IOC) : the meeting of the group of experts of GLOSS, and a workshop on the precision observation of vertical land movements which affect tide gauges.

This is a link to the provisional programme of the workshop, dated 23/03/2009, in PDF format (click on the link ). Practical information on the workshop is available in the following pages of the IOC (place, registration etc.) : http://ioc-goos.org/glossgexi. Finally, some details on the aims of the workshop are given below (PDF version).

- Workshop on Precision Observations of Vertical Land Motion at Tide Gauges ; 11-12 May 2009

The workshop is expected (i) to discuss and document the important applications of vertical land motions rates at tide gauge locations ; (ii) to evaluate and document the state of the art in providing these rates, and discuss what is necessary to further improve these analyses ; (iii) to document the present spatial coverage afforded by tide gauges that already have precise vertical land motion rates and attempt to prioritize future expansions of the network.

The workshop stems from recommendations coming out of (i) the WCRP Workshop "Understanding Sea Level Rise and Variability" (5-9 June 2006, Paris), (ii) a follow-up action item from the 10th session of the GLOSS GE X meeting (2007) , and (iii) a brief splinter meeting on the subject convened at the EGU meeting (Vienna, April 2008).

The aim is to have a discussion-oriented workshop, and avoid the standard 15-minute scientific conference talk followed by a question or two. For a typical 1.5 hour session the session leaders will either give or invite two 20-minute review talks that pose the important questions. Following each talk there will be 10 minutes for questions. Each session will conclude with a 30-minute discussion session involving the panellists and the audience.

While we are committed to the basic format of one or two overview talks for each session, with the bulk of the time left for discussion, participants are encouraged to present their work to the appropriate session leaders for inclusion in the overview. We also invite you to volunteer as a panellist in a session that is of particular interest to you. Finally, please note that on Wednesday 13 May 2009, in parallel with the GLOSS Group of Experts meeting, there will be a follow-on TIGA splinter meeting that will be organized by Tilo Schöne and Guy Wöppelmann, and additional short presentations can be made there. Please contact Tilo Schöne (E-mail : tschoene@gfz-potsdam.de ) about the splinter meeting.

Concerning the panellists, these people are yet to be identified. It is the intention of the steering committee to choose panellists from the final list of attendees, but if you would like to serve as a panellist, please let the chair of the steering committee us know and we will do our best to accommodate you.

On behalf of the steering committee,

Gary Mitchum

The planning and steering committee for the workshop consists of :
- Gary Mitchum (Chair) (University of South Florida, USA)
- Rui Fernandes (University of Lisbon, Portugal)
- Tilo Schoene (GeoForschungsZentrum Potsdam (GFZ), Germany)
- Guy Wöppelmann (University of La Rochelle, France)
- Simon Williams (Proudman Oceanographic Laboratory, United Kingdom)
- Thorkild Aarup (IOC)

7èmes Journées Scientifiques et Techniques du CETMEF. Paris, 8-10 déc. 2008.

Le Centre d’Études Techniques Maritimes et Fluviales (CETMEF) fête ses 10 ans et organise ses 7èmes Journées Scientifiques Techniques à Paris. Pour plus de détails sur le programme :
http://www.cetmef.equipement.gouv.fr/publications/jst08_Programme.pdf

Colloque : Hausse du niveau de la mer et risques côtiers, organisé les 5 et 6 septembre 2013 à Paris


A l’occasion de la finalisation du projet ANR CECILE (Changements Environnementaux Côtiers : Impact de l’Elévation du niveau de la mer), l’ONERC et les partenaires du projet s’associent pour présenter les principaux résultats du projet et l’état des lieux des recherches sur les implications de la hausse du niveau de la mer sur les risques côtiers.

Le colloque sera un lieu d’échange entre scientifiques, services de l’Etat centraux et décentralisés, des régions et les différents organismes publics et privés concernés par la gestion des zones côtières et qui ont besoin de connaissances actualisées sur l’élévation du niveau marin et ses effets. Il s’appuie notamment sur des projets de recherche soutenus par l’ANR. Cependant, il est également ouvert à la présentation d’études et de cas pratiques soutenus dans d’autres cadres.

Source :
Projet CECILE (www.anr-cecile.fr) du programme ANR Changement Environnementaux Planétaires (édition 2009).

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact et inscriptions :
Audrey Baills (BRGM)

Tel. 02 38 64 48 97

Quelques détails :

Il s’agit de faire un état des lieux scientifique ouvert sur les questions de la gestion intégrée de la zone côtière, dans un contexte de hausse du niveau de la mer. Il est organisé en deux journées :

- 5 sept. : présenter l’état des connaissances scientifiques sur la hausse du niveau de la mer récente et future, ainsi que sur ses effets potentiels (notamment érosion côtière, et submersion marine).

- 6 sept. : expériences pratiques, études de cas et stratégies pour favoriser l’adaptation de la zone côtière au changement climatique et aux variations du niveau marin.

Appel à communications : les projets de communication (résumés de 300 mots maximum) doivent être envoyés par email avant le 15/03/2013 à en précisant la préférence : poster ou communication. Un nombre limité de participations orales seront retenues

Pour en savoir plus :

Lien vers l’annonce sur le site de CECILE

Colloque au Collège de France, à Paris, les 10 et 11 juin 2013

A l’occasion de la chaire "Développement Durable - Environnement, Energie et Société", un colloque est organisé par Anny Cazenave, Professeur au Collège de France, sur le thème " Changement climatique et niveau de la mer ; Vulnérabilité côtière et enjeux sociétaux ".

Le colloque vise à exposer l’état des connaissances scientifiques sur la hausse actuelle et future de la mer en insistant sur l’importance de la variabilité régionale. Les différents mécanismes à l’origine de l’évolution des zones côtières seront présentés et les causes de l’érosion des côtes au cours du XXème siècle seront discutées. Quelques cas emblématiques tels que les Pays-Bas, les grands deltas d’Asie, les îles océaniques, le Québec et la France métropolitaine, seront abordés pour évoquer, non seulement les conséquences économiques et sociétales de la hausse future de la mer, mais aussi des stratégies d’adaptation à ces futurs changements.

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Source :
Pr Anny Cazenave
Titulaire, année académique 2012-2013
Collège de France

Quelques détails :

Le colloque est ouvert à tous et l’entrée est gratuite. N’hésitez donc pas à réserver ces journées dans votre agenda, les 10 et 11 juin 2013 au Collège de France (Paris). Cliquez sur le lien suivant ou l’image de l’affichette pour télécharger la plaquette d’annonce avec les détails du programme.

Pour en savoir plus :
Lien vers le Collège de France, cette chaire et son programme

Colloque G2 : 14-16 Novembre 2016

14-16 Novembre 2016

Brest, FRANCE

Ce colloque, organisé conjointement par le Comité National Français de Géodésie et de Géophysique et la communauté nationale de Géodésie-Géophysique a pour but de rassembler les scientifiques et jeunes chercheurs des sciences de la terre, de l’océan et de l’atmosphère. Cette année le colloque se tiendra donc à Brest avec un accent porté sur la thématique marine.

Voir le site et l’affiche

L’inscription au colloque est gratuite mais obligatoire.

Colloque international : les submersions marines. Passé, présent, futur, organisé du 19 au 21 juin à l’Université de La Rochelle

JPEG - 192 ko

3 JOURS : 3 LIEUX

Jeudi 19 Juin 2014 – Corderie Royale de Rochefort sur Mer
Vendredi 20 Juin 2014 – La Faute-sur-Mer (pavillon des dunes)
Samedi 21 Juin 2014 – Université de La Rochelle Amphi 250 (Jean Duvignaud) Pôle Flash

2 THÈMES PRINCIPAUX :

  • Xynthia et les Submersions Marines actuelles :
    • Processus physiques, vulnérabilité et gestion
    • Comment se préparer aux futures submersions dans le cadre du changement climatique ?
    • Modélisation, défenses de côtes, plan de prévention
  • Les tempêtes et submersions marines du passé
    • Modélisation rétrospective, archives historiques, sédimentologie
    • Facteurs amplificateurs de l’aléa

1 EXCURSION :
à La Faute sur mer et au rocher de la Dive (Vendredi 20 Juin)

Contact et inscriptions :
https://apps.univ-lr.fr/cgi-bin/WebObjects/Colloque.woa/1/wa/colloque?code=1141

Coordination nationale de l’observation du niveau de la mer

La coordination nationale de l’observation du niveau de la mer fait suite aux recommandations de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et du secrétariat général pour la mer (SGMer) et s’inscrit dans la démarche de mise en place de référents nationaux présentée dans le livre bleu approuvé par le Premier Ministre le 7 décembre dernier.

L’objectif général est de développer le principe d’un guichet unique des observations de hauteurs d’eau des marégraphes.

Le SHOM met ainsi en place les composantes qui lui permettront d’assurer le rôle de référent national pour le "niveau de la mer" défini par les fonctions suivantes :
- coordination de la collecte des observations du niveau de la mer réalisées de l’ensemble des organismes, établissements et services publics et relevant d’autorités publiques ;
- gestion et archivage des observations collectées en temps différé ;
- définition des réseaux d’observation du niveau de la mer et notamment de leur architecture ainsi que leurs spécifications pour tout nouveau déploiement ;
- définition et promotion des moyens de transmission opérationnels adaptés ;
- coordination de la diffusion temps réel et temps différé des observations en assurant les conditions d’accessibilité et d’utilisation conformément aux dispositions en vigueur relatives à l’information du public.
- contrôle de conformité des observations qu’il reçoit au regard des normes en vigueur ;
- définition, diffusion, promotion et suivi des normes nationales et internationales ;
- contribution à la représentation de la France dans les organisations d’observation internationales et communautaires, en liaison avec les autres acteurs du domaine.

Un poste de coordinateur national de l’observation du niveau a été mis en place au SHOM. Ce poste a été créé dans le cadre du projet CRATANEM avec le soutien du ministère de l’Ecologie, de l’Energie du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM) et du ministère de l’Intérieur de l’Outre-mer et des collectivités territoriales (MIOMCT). Il est occupé par Nicolas Pouvreau depuis le 1er décembre 2009.

Pour tout renseignement :
Nicolas Pouvreau

02.98.22.17.42.

Etudiants et chercheurs se retrouvent à l’île d’Aix autour des technologies de mesure du niveau marin

L’équipe SONEL du LIENSs avec l’appui logistique de la mairie de l’ile d’Aix, a organisé une journée de travaux pratiques les 27 et 28 mars sur son site atelier d’expérimention sur le niveau de la mer situé à l’île d’Aix.

Lors de ces journées, l’équipe SONEL a présenté l’instrumentation actuelle du site atelier de l’ile d’Aix à un groupe de confrères, parmi lesquels deux ingénieurs du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) de Toulouse, à savoir : Felix Perosanz, responsable d’un des centres d’analyses GNSS du service international GNSS (IGS), et Laurent Lestarquit, spécialiste de l’analyse des signaux GNSS, mais aussi Christopher Watson, chercheur australien de l’université de Tasmanie.

Please tell us about your new updates at :

Contact :
Etienne Poirier (LIENSs - ULR/CNRS)

Tel. 05 46 45 83 94

Compléments d’information :

JPEG - 2.2 Mo
Fig. 1 : Antenne GNSS montée à 90 degrés pour la réflectométrie.

Il s’agissait d’échanger autour des expériences de chacun à propos des nouvelles technologies d’observation du niveau de la mer, notamment par le biais de la réflectométrie des signaux GNSS par la surface de la mer (Fig. 1), d’une part, et d’étudier les évolutions possibles du site atelier en termes d’instrumentation, d’autre part.

Nous souhaitions également profiter de l’occasion pour permettre à un groupe de 11 étudiants du master Sciences pour l’environnement (parcours Géosciences et Géophysique du Littoral) de l’université de La Rochelle de mettre en pratique les techniques de positionnement vues en cours et d’échanger avec les scientifiques invités.

Les travaux pratiques ont été organisés autour de trois ateliers qui se sont déroulés sous un météo capricieuse :
- Atelier 1, jetée Barbotin : Déploiement de la bouée GPS, lectures à la sonde lumineuse et rattachement à un repère géodésique par nivellement.
- Atelier 2, sémaphore et grande plage : Topographie par GPS en mode cinématique temps réel (RTK) dans le but de géo-référencer les images de la caméra vidéo (Figs. 2 & 3).
- Atelier 3, club nautique : Comparaison de deux techniques de nivellement, par GPS et par niveau optique.

Les échanges autour des travaux de chacun ont été passionnants et permettent d’envisager de nouveaux axes de développement pour le site atelier de l’île d’Aix.

Crédits photos : Université de La Rochelle

JPEG - 2 Mo
Fig. 2 : Levé GPS cinématique temps réel
JPEG - 310.3 ko
Fig. 3 : Champs de vision de la caméra du sémaphore.

Liens complémentaires :

- Page web de la station : Marégraphe de l’île d’Aix
- Présentation sur la réflectométrie GNSS par L. Lestarquit (CNES)
- Master de Sciences pour l’environnement à l’université de La Rochelle, parcours Géosciences et géophysique du littoral
- Christopher Watson (Université de Tasmanie, Australie)

Hauteurs d’eau observées par le SHOM lors du passage de la tempête Xynthia

Lors du passage de la tempête Xynthia, dans la nuit du 27 au 28 février 2010, les hauteurs d’eau ont été mesurées par les marégraphes du Réseau d’Observation du Niveau de la Mer (RONIM).

Le réseau RONIM comprend 19 marégraphes sur la côte Manche-Atlantique (Figure 1).

PNG - 33.6 ko
Fig.1 : Réseau RONIM en France métropolitaine

La tempête a généré des surcotes importantes (différence entre la hauteur d’eau observée et la hauteur de marée prédite). La concomitance entre la tempête, l’instant de la pleine mer, et la vive-eau d’équinoxe (coefficient de marée important de 102) explique que les niveaux atteints soient aussi importants.

Les hauteurs de pleine mer observées (par rapport au zéro hydrographique) ainsi que les valeurs des surcotes de pleine mer sont synthétisées dans le Tableau ci-dessous.

Hauteurs d’eau observées et surcotes lors du passage de la tempête Xynthia
MAREGRAPHEHauteur observée de pleine merSurcote de pleine mer
Dunkerque 6,90 m 0,80 m
Calais 8,05 m 0,70 m
Boulogne-sur-Mer En maintenance, absence de mesure
Dieppe 10,47 m 1,05 m
Le Havre 8,84 m 0,87 m
Cherbourg 7,14 m 0,57 m
Saint-Malo 13,18 m 0,88 m
Roscoff 9,63 m 0,53 m
Le Conquet 7,63 m 0,51 m
Brest 7,89 m 0,53 m
Concarneau 5,90 m 0,63 m
Le Crouesty 6,58 m 0,89 m
Saint-Nazaire 7,34 m 1,16 m
Sables d’Olonne > 6,89 m (Problème d’acquisition) Non mesurée
La Rochelle 8,01 m 1,53 m
Pointe de Grave 6,57 m 0,98 m
Arcachon 5,46 m 0,90 m
Bayonne 4,92 m 0,38 m
St Jean de Luz 4,96 m 0,38 m

Les observations, prédictions et les surcotes à la Rochelle sont présentées Figure 2 (ci-dessous). La surcote de pleine mer (1,53 m) est particulièrement importante. Cette surcote n’a jamais été observée depuis que le marégraphe a été installé en 1997. A titre de comparaison, elle est plus importante que la plus grande surcote jamais observée à Brest, où l’on dispose de plus de 150 ans de mesures. (La surcote de pleine mer maximale à Brest est de 1,42 m, elle a été observée lors de la tempête du 15 octobre 1987).

PNG - 27 ko
Hauteurs d’eau à La Rochelle (Février 2010)

Le niveau atteint à La Rochelle est de 8,01 m. Ce niveau n’a jamais été observé depuis l’installation du marégraphe en 1997. A titre de comparaison, le niveau atteint à La Rochelle lors de la tempête de 1999 était de 6,76 m.

L’analyse des observations permet d’estimer les périodes de retour associées aux niveaux extrêmes atteints. A la Rochelle, les Sables d’Olonne et St-Nazaire, ces périodes de retour sont estimées à plus de 100 ans.

[*Source :*] SHOM.

Importance de la résonance et de l’âge des vagues pendant la surcote associée à la tempête Xynthia, février 2010

Des chercheurs de l’UMR 6250 Littoral Environnement et Sociétés (LIENSs, CNRS/Université de La Rochelle, équipe Dynamique Physique du Littoral) en collaboration avec des chercheurs du Laboratoire National d’Ingénierie Civile du Portugal (LNEC, Lisbonne) ont étudié la surcote associée à la tempête Xynthia (février 2010) dans le Golfe de Gascogne en combinant mesures in situ et modélisation numérique.

Leurs résultats montrent que la surcote exceptionnelle pendant Xynthia a été amplifiée par la présence de vagues jeunes et très cambrées dans le Golfe de Gascogne, liées à la trajectoire atypique de la tempête Xynthia. Ces résultats montrent aussi la présence d’un phénomène de résonance sur le plateau continental dans la partie centrale du Golfe de Gascogne, qui explique l’apparition de répliques de période 6 h après le passage du pic de la surcote.

Source :
Bertin, X., Bruneau, N., Breilh, J.F., Fortunato, A.B., Karpytchev, M., 2012.
Importance of wave age and resonance in storm surges : the case Xynthia, Bay of Biscay. Ocean Modelling, 42, pp. 16-30.

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact :
Xavier Bertin (UMR LIENSs)

Tel. 05 46 50 76 36

Principaux résultats :

Du fait de la présence d’un plateau continental souvent large et de leur position sur la trajectoire des dépressions hivernales, les littoraux d’Europe du nord-ouest sont soumis à des surcotes qui dépassent régulièrement le mètre. Les côtes basses, comme celles de la mer de Wadden, des Havres de Normandie ou des Pertuis Charentais, sont donc vulnérables à la submersion marine. La tempête Xynthia, qui a touché durement les littoraux de Vendée et de Charente Maritime dans la nuit du 27 au 28 février 2010, est venue rappeler tragiquement cette vulnérabilité. Une dépression à 970 hPa accompagnée de vents de SW soufflant de 100 à 130 km/h (rafales mesurées jusqu’à 160 km/h sur l’île de Ré) a généré une surcote dont le maximum a été mesuré à 1.50 m au marégraphe de La Pallice (La Rochelle, Figure 1). Cette surcote a coïncidé avec une marée haute de vives-eaux, si bien que la mer a atteint un niveau de 8 m au dessus du zéro hydrographique, une valeur jamais atteinte depuis l’installation du marégraphe côtier numérique (28 Avril 1997) par le SHOM (données accédées via SONEL/REFMAR). De nombreux cordons dunaires et digues qui protégeaient les zones basses du littoral ont été submergés et se sont rompus si bien que de larges zones ont été inondées, occasionnant la mort de 47 personnes ainsi que des dégâts matériels colossaux estimés à 1,5 milliard d’euros.

Figure 1. Niveaux observés (noir), marée astronomique (rouge) et surcote (bleu) à la Pallice, montrant la présence d’une surcote de 1.5 m en phase avec une marée haute de vives-eaux.

L’étude de Bertin et al. correspond à la première étape d’un projet de recherche qui vise à étudier les surcotes et la submersion marine dans la partie centrale du Golfe de Gascogne. Un système de modélisation numérique des surcotes a été développé en couplant en deux dimensions horizontales le code de circulation hydrodynamique SELFE (Zhang et Batista, 2008) avec le code spectral de vagues WaveWatchIII (Tolman, 2009). Ce système de modélisation régional a été implémenté sur l’Atlantique Nord-Est et permet de reproduire précisément les marées avec des erreurs de l’ordre de 1 à 2 % et les vagues avec des erreurs de l’ordre de 15 %. Dans le Golfe de Gascogne, la surcote pendant Xynthia est reproduite avec une erreur de l’ordre de 0.1 m.

L’analyse des résultats numériques montre que, dans la partie centrale du Golfe de Gascogne, le mécanisme dominant dans la génération de la surcote est le vent de direction SW, qui induit un pompage d’Ekman. Ce phénomène correspond à un transport des masses d’eau vers la droite de la direction où souffle le vent. La comparaison entre une paramétrisation quadratique (ne dépendant que de la vitesse du vent) et une paramétrisation dépendante des vagues pour calculer la contrainte du vent montre que la prédiction de la surcote est bien plus réaliste en prenant en compte les vagues (Figure 2A). La contrainte du vent est calculée à partir de la vitesse de frottement U*, définie comme le rapport entre la vitesse de phase et l’âge des vagues. Cette vitesse de frottement est donc très importante en présence de vagues jeunes et cambrées, qui augmentent la rugosité de l’océan (Figure 2B). Ces vagues jeunes sont liées à la trajectoire atypique de Xynthia, qui s’est déplacée du SW vers le NE dans le Golfe de Gascogne, réduisant la zone de génération des vagues à quelques centaines de km seulement.

Figure 2. (A) Comparaison entre la surcote prédite à La Rochelle avec une paramétrisation quadratique (rouge) et dépendante des vagues (noire), montrant que la seconde permet de reproduire bien mieux la surcote mesurée (bleue). (B) Vitesse de frottement du vent (noir) utilisée pour calculer la contrainte liée au vent et à l’âge des vagues (bleue), montrant une chute de ce dernier paramètre pendant Xynthia.

Enfin, les données de terrain, comme les résultats numériques, montrent la présence d’oscillations de période de l’ordre de 6 h dans le signal de surcote, dont la hauteur atteint 0.4 m dans la partie centrale du golfe de Gascogne (Figure 1, courbe bleue). Cette période d’environ 6 h correspond à la période de résonance du plateau continental dans cette partie du Golfe de Gascogne. Les chercheurs du LIENSs et du LNEC ont interprété ce phénomène comme résultant du déplacement rapide de la tempête Xynthia dans le Golfe de Gascogne (15 à 20 m/s), induisant une perturbation de la surface libre dont le spectre comporte une quantité d’énergie importante au niveau de la fréquence de résonance, qui a ensuite été amplifiée par résonance sur le plateau. Des travaux en cours suggèrent que ce phénomène de résonance pourrait être important dans d’autres régions du globe, comme la partie centrale du Golfe du Mexique, et pour d’autres types d’ondes longues, comme les tsunamis.

Références :
- Tolman H. L., 2009. User manual and system documentation of WAVEWATCH III version 3.14. NOAA/NWS/NCEP/MMAB Technical Note 276, 194 pp.
- Zhang, Y. L. and A. M. Baptista, 2008. SELFE : A semi-implicit Eulerian-Lagrangian finite-element model for cross-scale ocean circulation. Ocean Modelling, 21(3-4), 71-96.

Installation d’un marégraphe RONIM à Dieppe

Du 9 au 13 février 2009, deux techniciens du SHOM se sont rendus à Dieppe pour installer dans le port le 32ème marégraphe permanent du réseau d’observation du niveau de la mer (RONIM). Un télémètre radar Optiflex est désormais installé dans le local du marégraphe situé sur le quai Henri IV, il remplace le marégraphe à flotteur de type OTT R16 opéré par le port.

Pour cette installation, le SHOM a reçu le soutien technique de son partenaire local : le Syndicat Mixte du port de Dieppe. Les données de hauteur d’eau de Dieppe seront désormais disponibles en temps différé dans SONEL. Le marégraphe transmettra par ailleurs prochainement ses données en temps réel.

PNG - 34 ko
Local du marégraphe de Dieppe
JPEG - 59.7 ko
Télémètre radar (Dieppe)

Installation d’un marégraphe à Mayotte pour le système d’alerte aux tsunamis dans l’Océan Indien

Du 9 au 24 novembre 2008, deux techniciens du SHOM se sont rendus à Mayotte pour installer à Dzaoudzi le 31ème marégraphe permanent du réseau d’observation du niveau de la mer (RONIM). Le nouvel instrument mesure et transmet en temps réel les hauteurs d’eau qu’il mesure le long du quai Issouf-Ali à Dzaoudzi. Pour cette installation, le SHOM a reçu le soutien technique de son partenaire local : la Direction de l’Equipement de Mayotte.

JPEG - 1.5 Mo
Marégraphe de Dzaoudzi (Mayotte)

Cette installation a été effectuée dans le cadre de la contribution française au système d’alerte aux tsunamis dans l’Océan indien initié en 2005, cette initiative est pilotée par Météo France. Il s’agit de la seconde installation opérée par le SHOM dans ce cadre après un premier marégraphe à La Réunion installé en octobre 2007.

La mise en place du système d’alerte au tsunami dans l’Océan Indien est effectuée sous l’égide de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO et fait suite à l’événement du 26 décembre 2004. Les marégraphes transmettent leurs données aux centres d’alerte régionaux et contribuent au système d’alerte par la confirmation de l’existence d’un tsunami. Ils permettent, en particulier lors de forts séismes, de confirmer l’arrivée d’une vague dans les régions ou pays potentiellement en alerte. Dans ce cadre, les données du marégraphe de Dzaoudzi sont actuellement mises en ligne sur le site Internet de la COI, qui fournit ainsi en temps quasi-réel une mesure des hauteurs d’eau de Dzaoudzi toutes les minutes. Cela contribue d’ores et déjà aux efforts de mise en place d’un système opérationnel d’alerte au risque tsunami en Océan Indien. De plus, cela participe aussi à la meilleure compréhension du phénomène en alimentant la modélisation nécessaire pour sa prévention.

Outre son intérêt pour l’alerte tsunami et de nombreuses autres applications (dont la prédiction de marée), il convient de rappeler que ce site contribue au programme mondial GLOSS sur la surveillance du niveau des mers (station GLOSS No. 96), qui s’inscrit dans le cadre de la problématique du réchauffement climatique. Les données de Dzaoudzi seront donc également disponibles dans GLOSS et dans SONEL. L’installation de ce nouvel instrument permettra ainsi de reprendre l’acquisition des mesures du niveau de la mer à Dzaoudzi, et de poursuivre la série historique déjà constituée.

Installation d’une station GNSS permanente au marégraphe de Cherbourg

Depuis le 21 février 2015, une station GNSS permanente est opérationnelle au marégraphe de Cherbourg.

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact :
Etienne Poirier (LIENSs - ULR/CNRS)

Tel. 05 46 45 83 94

Quelques Détails :

Après le succès de l’installation faite à Dieppe en janvier de cette année, l’équipe SONEL continue sur sa lancée en équipant le marégraphe de Cherbourg d’une station GNSS permanente similaire.

L’opération s’est déroulée sur le site sécurisé de la DCNS à Cherbourg durant la semaine du 16 au 20 février juste au moment des grandes marées. Nous avons bénéficié d’une bonne fenêtre météo notamment mercredi pour le nivellement.

Une équipe du SHOM est d’abord intervenue sur le système d’alimentation de secours de la transmission Yagi en installant une batterie et son chargeur associé. Profitant des forts coefficients de marée, ils ont également fait des lectures à la sonde lumineuse pour contrôler le bon fonctionnement du marégraphe.

Puis l’équipe SONEL composée de Thomas de l’IGN et Etienne de l’université de La Rochelle ont installé un mât LECLERC de 2m de haut servant de support à une antenne « choke ring » (à anneaux concentriques) Leica AR20. La structure a été scellée dans le béton sur le toit du local du marégraphe qui abrite à présent le récepteur Leica GR25 de la station permanente.

Malgré quelques problèmes concernant l’accès à distance au récepteur, l’installation est déjà opérationnelle et la connexion réseau est excellente. Elle diffuse les données journalières échantillonnées à 30 secondes. Il reste à faire le calcul de la position de référence qui se fera en post-traitement après acquisition d’un nombre suffisant de mesures.

Remarquons que le nivellement s’est déroulé de façon optimale avec des fermetures à quelques centièmes de millimètres grâce entre autres à l’excellent matériel de l’IGN. Seuls les repères I et B (cf. Fiche d’observatoire de marée du SHOM) n’ont pas pu être nivelés car inaccessibles.

L’équipe SONEL remercie tous les acteurs ayant contribué au succès de cette opération, et tout particulièrement la société DCNS qui accueille la station sur son site.

JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG











Crédits Photo : Thomas Donal (IGN)

Pour en savoir plus :

- Lien vers la page SONEL de la station CHTG

Installation d’une station GNSS permanente au marégraphe de Dieppe

Depuis le 26 janvier 2015, une station GNSS permanente est opérationnelle au marégraphe de Dieppe.

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact :
Etienne Poirier (LIENSs - ULR/CNRS)

Tel. 05 46 45 83 94

Quelques Détails :

Durant la semaine du 19 au 23 janvier, les Dieppois ont vu du monde s’affairer autour de leur marégraphe. En effet une équipe du SHOM avait fait le déplacement pour y installer une antenne Yagi. Ceci afin de transmettre les données barométriques et marégraphiques en temps réel au service Météosat.

Pendant ce temps des personnels SONEL de l’université de La Rochelle et de l’IGN s’activaient sur le toit du local marégraphique. Bilan : une nouvelle station GNSS permanente composée d’une antenne « choke ring » (à anneaux concentriques) Leica AR20 montée sur un pilier métallique acier LECLERC de deux mètres et connectée à un récepteur Leica GR25.

Malgré quelques soucis de télécommunication, l’installation est déjà opérationnelle. Reste à faire le calcul de la position de référence qui se fera en post-traitement après acquisition d’un nombre suffisant de mesures.

L’équipe SONEL remercie tous les acteurs ayant contribué au succès de cette opération et tout particulièrement le port de Dieppe qui accueille la station.

La prochaine installation aura lieu à Cherbourg du 16 au 21 février nous espérons qu’elle se fera dans d’aussi bonnes conditions.

JPEGJPEGJPEGJPEG











Crédits Photo : Thomas Donal (IGN)

Pour en savoir plus :

- Lien vers la page SONEL de la station DIPP

Inventaire de données historiques du niveau de la mer

Sous l’égide de GLOSS (lettre ci-dessous), une action est lancée pour connaître les données historiques du niveau de la mer qui ne sont pas encore sous forme numérique. Si votre institution dispose de tels enregistrements historiques, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous (en anglais, au format .doc).

Ou bien, si vous connaissez des contacts pour de telles données qui mériteraient sauvetage et numérisation, nous vous serions également reconnaissants de nous fournir ces contacts.

Merci de renvoyer l’une ou l’autre information à Mr. Patrick Caldwell du UHSLC.

- Cover letter from GLOSS
- Questionnaire

L’eau dans tous ses états, visions spatiales. Paris, 17-19 Nov. 2008.

Le Comité National Français de Géodésie et Géophysique (CNFGG) et le GDR
Géodésie-Géophysique (G2) s’associent pour organiser un colloque dont l’objectif est de faire le point sur la connaissance que nous apportent les satellites et les observations géodésiques à la description et à la compréhension des phénomènes liés au cycle de l’eau, à ses variations et à ses anomalies. Le colloque se tiendra à l’UNESCO (Paris). Il a aussi pour objet de sensibiliser les scientifiques aux disciplines transverses des Sciences de la Terre et notamment sur un thème dont la connaissance est d’intérêt mondial pour la sauvegarde et la bonne gestion de la planète et de ses ressources. Pour plus de détails aller aux pages du colloque : http://www.obs-mip.fr/cnfgg/2008_ColloqueCNFG2/colloque_2008.html

La « marée du siècle » mesurée à l’île d’Aix : Topographie, réflectométrie et vidéo par l’équipe SONEL du LIENSs.

Durant la grande marée du 21 mars à l’île d’Aix, l’équipe SONEL du LIENSs s’est mobilisée pour installer des instruments expérimentaux de mesure du niveau de la mer et faire des relevés de topographie sur l’estran pour les tester.

Parmi ces instruments, se trouvait une station GNSS (AR10/GR25) à la jetée Barbotin (Fig. 1). EN l’occurrence, il s’agit de mesurer les signaux GNSS réfléchis par la surface de la mer pour tenter d’en déduire la hauteur du niveau de la mer. Une deuxième stations GNSS semblable a été installée au sommet du sémaphore de l’île (Fig. 2).

Please tell us about your new updates at :

Contact :
Etienne Poirier (LIENSs - ULR/CNRS)

Tel. 05 46 45 83 94

Inspirés par les travaux de R. Almar (LEGOS, Toulouse), une caméra a été fixée au sommet du sémaphore pour filmer la « Grande plage » (Fig. 2). L’idée est de retrouver le niveau de la mer par géo-référencement d’image.

Pour géo-référencer les images de la caméra, un premier levé de 40 points de l’estran a été réalisé par GPS différentiel avec du matériel TOPCON Hiper Pro (Figs. 3 & 4). La tâche fut difficile car la visibilité était mauvaise et l’estran largement parcouru par les pêcheurs à pied (par ailleurs très intrigués par nos curieux instruments de pêche).

Crédits photos : LIENSs (L. Testut / E. Poirier)

JPEG - 108.6 ko
Fig. 1 : Station GNSS de la jetée
JPEG - 221.5 ko
Fig. 2 : GNSS, Caméra Vidéo & Appareil photo
JPEG - 251 ko
Fig. 3 : Relevés topographiques sur l’estran
JPEG - 155.7 ko
Fig. 4 : Au milieu des pêcheurs à pied
PNG - 49.5 ko
Fig 5. Premiers résultats

Compléments d’information :

- Page web de la station : Marégraphe de l’île d’Aix
- Marées d’équinoxe exceptionnelles en mars 2015 : Lire la suite sur le site du SHOM

Des premiers résultats de réflectométrie sont disponibles grâce à P. Valty, chercheur au Laboratoire de Recherche en Géodésie de l’IGN (LAREG). La Fig. 5 révèle un très bon accord entre les variations de hauteur de mer du marégraphe radar et de la station de réflectométrie installée à la jetée Barbotin, en accord également avec la station installée au sommet du sémaphore (à 25 m de hauteur et une centaine de mètres de la côte).

Dans un autre registre, voici un défi lancé aux internautes qui nous suivent : réussir à retrouver la hauteur d’eau par analyse du d’image à partir du film suivant (toute idée est la bienvenue...).

Terminons cette nouvelle avec une note artistique et le superbe travail de C. Mayet (LIENSs) qui a produit un beau "timelaps" durant le flot du 21 mars avec son propre matériel photo :

Remerciements :

Nous remercions chaleureusement toute l’équipe de la mairie de l’île d’Aix et du club nautique qui soutiennent fortement nos expériences et projets en cours de développement sur leur île.

Le Marégraphe de Brest : 300 ans d’observations

JPEG - 2.1 Mo
Vue de la Penfeld avec le marégraphe de Brest (sur la droite)

Une thèse vient d’être soutenue avec succès par N.Pouvreau pour obtenir le grade de docteur de l’université de la Rochelle. Elle porte sur les observations historiques du niveau de la mer en France (évolution des outils et des méthodes sur près de 300 ans) en s’appuyant sur le cas particulier de Brest qui est examiné de près depuis les premières observations réalisées en 1679 par les astronomes J. Picard [1620 - 1682] et P. de La Hire [1649 - 1718]. Le mémoire est disponible sur SONEL en cliquant sur le lien pour vous reporter à la référence, puis le télécharger (13Mo). Il comporte un inventaire important des observations historiques effectuées en France, mais aussi ailleurs dans le monde où la France a eu une influence dans le passé.

Le marégraphe de Marseille - 130 ans d’observation du niveau de la mer par Alain Coulomb (640 pages, 400 illustrations)

PNG - 89.4 ko

Observatoire du niveau de la mer assez méconnu, le marégraphe de Marseille a été construit à la fin du 19ème siècle pour fixer le niveau zéro au-dessus duquel sont exprimées les altitudes du territoire français continental. Il abrite un instrument d’enregistrement, dit « marégraphe totalisateur », encore en parfait état de fonctionnement et aujourd’hui unique au monde dans sa catégorie. C’est pour cet intérêt patrimonial que ses bâtiments et les appareils qu’ils hébergent sont classés depuis 2002 parmi les monuments historiques.

Fruit d’un long travail de recherche, Le marégraphe de Marseille raconte comment était estimé le niveau de la mer à Marseille au début du 19ème siècle, les raisons qui ont abouti à l’édification du marégraphe et les liens uniques qui le lient au Nivellement général de la France. Il détaille le chantier de construction, la configuration des bâtiments, les spécificités de l’appareil totalisateur et la vie de l’observatoire jusqu’à nos jours. Il explique enfin les différents types de mesures qui sont aujourd’hui réalisées en son sein et leur utilité scientifique actuelle et permanente.

Très richement illustrée, cette saga est placée dans le contexte de l’histoire de Marseille durant les deux derniers siècles et nous livre de nombreux portraits d’ingénieurs ou d’agents des Ponts et Chaussées, du Nivellement général de la France et de l’Institut géographique national. Parmi ceux-ci figurent notamment ceux des onze gardiens successifs du marégraphe.

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Source :
Guy Wöppelmann
Professeur

Quelques détails sur l’auteur :

Alain COULOMB est ingénieur divisionnaire des travaux géographiques et cartographiques de l’État à l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), créé le 1er janvier 2012 par la fusion de l’Institut géographique national et de l’Inventaire forestier national (IFN). Il dirige le département qui entretient notamment le réseau de Nivellement général de la France (NGF) et contrôle le bon fonctionnement des instruments d’observation du niveau de la mer à Marseille, en étroite collaboration avec le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) et le Système d’observation du niveau des eaux littorales (SONEL). De son activité professionnelle est née sa passion pour le marégraphe de la cité phocéenne, passion qu’il souhaite partager grâce à ce livre.

Pour en savoir plus :
- Livre notamment disponible auprès des Presses des Ponts : http://www.presses-des-ponts.fr/notre-librairie/324-le-maregraphe-de-marseille.html
- Ou de l’Association française de topographie : http://www.aftopo.org/FR/Qui-sommes-nous--3.html

Le marégraphe de Marseille : patrimoine et modernité

Toujours à propos du marégraphe de Marseille, un article vient de paraître dans la revue XYZ (Mars 2009), par Alain Coulomb, chef du Département Réseaux de référence matérialisés à l’IGN. Cet article retrace avec détail et précision l’histoire du marégraphe en le plaçant dans les contextes passé et présent. L’article est écrit de manière didactique. L’auteur rappelle les concepts de géoïde et d’altitude tout en indiquant comment ces concepts sont apparus et comment ils ont été appliqués en France. Il constitue sans aucun doute une référence très utile et informative de première main (IGN). L’article est reproduit ici au format PDF avec l’aimable autorisation de la revue XYZ.

Site de l’AFT : http://www.aftopo.org

Le programme mondial d’observation du niveau de la mer GLOSS publie son nouveau plan de mise en oeuvre

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO publie le nouveau plan de mise en œuvre du programme mondial d’observation du niveau de la mer GLOSS. Ce plan permettra de faire face aux nouveaux défis liés à la surveillance du niveau de la mer pour une meilleure compréhension des processus à l’origine de son évolution et de sa variabilité spatio-temporelle.

Source :
Secrétariat technique du GLOSS à la COI (UNESCO).

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact :
Guy Wöppelmann (Comité National COI)

Tel. 05 46 45 86 13

Quelques Détails :

Le document présente une vue d’ensemble du programme GLOSS et son état actuel d’avancement ainsi qu’une description des exigences scientifiques et fonctionnelles identifiées au cours de ces dernières années par les groupes de travail et comités associés au programme.

Parmi les exigences nouvelles , on trouve l’amélioration des plates-formes d’acquisition et de transmission des données de niveau de la mer pour assurer la communication en temps quasi-réel. L’installation de stations GNSS permanentes s’avère elle aussi prioritaire, avec le but de surveiller les déplacements verticaux du socle sur lequel reposent les marégraphes. A ce titre, SONEL joue le rôle de centre de données GNSS aux marégraphes pour le programme GLOSS, et fournit de l’information sur son état par le biais d’un service basé sur le web.
(Cf. les pages dédiées à GLOSS dans SONEL).

Pour en savoir plus :
- Lien vers le document au format PDF
- Lien vers la page officielle de GLOSS

Le SHOM participera à la mise en place d’un système d’alerte aux tsunamis

Du 3 au 5 novembre à Athènes s’est tenue la cinquième réunion du groupe intergouvernemental de coordination pour la mise en place d’un système d’alerte aux tsunamis et autres aléas côtiers en Méditerranée et Atlantique du Nord-Est (GIC SATANEM), organisée par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO.

Jean-Louis BORLOO, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire, Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales, et Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, secrétaire d’État chargée de l’Écologie, ont fait part ensemble dans un communiqué de presse du 4 novembre de leur souhait de voir « mis en place en France le centre d’alerte aux tsunamis et autres risques pour la Méditerranée occidentale. »

A l’occasion de la réunion d’Athènes, la délégation française a ainsi annoncé la mise en place d’un centre national d’alerte aux tsunamis qui sera hébergé par le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) et a fait part de la disponibilité de ce centre pour accueillir un centre régional de veille aux tsunamis pour la Méditerranée occidentale.

Le SHOM, dont un expert a participé à la réunion d’Athènes, contribuera activement à la mise en place de ce dispositif grâce à son réseau d’observation du niveau de la mer RONIM (30 marégraphes en métropole et outre-mer). La mise en place progressive d’une exploitation en temps réel des hauteurs d’eau, en partie financée par ce projet, représentera une grande avancée pour la prévention des risques littoraux.

Lien vers le communiqué de presse du MEEDDAT et du MIOMCT

Les marégraphes de Roscoff et de Saint-Malo surveillés par GPS

Deux nouvelles stations GPS permanentes de type géodésique sont opérationnelles aux marégraphes de Saint-Malo (février 2010) et de Roscoff (août 2009). Leur objectif est de surveiller les mouvements verticaux de la côte afin de comprendre si les tendances long terme du niveau de la mer enregistrées par les marégraphes sont dues à une subsidence de la côte, par exemple, ou à des signaux climatiques liés à fonte des glaces continentales ou à la dilatation thermique des masses d’eau.

PNG - 67.6 ko
Rapport ROTG
PNG - 93.5 ko
Rapport SMTG

Ces installations ont été possibles grâce au concours des partenaires locaux du SHOM, à savoir la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays de Saint-Malo, à Saint-Malo, et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Morlaix, à Roscoff. Elles ont été financées par le GRGS via le programme TOSCA du CNES. Les données sont désormais disponibles dans SONEL pour le projet TIGA du service international IGS, mais aussi dans les réseaux GPS nationaux RENAG (qui soutiendra en pratique leur maintenance) pour l’étude des déformations crustales, et RGP de l’IGN (qui a la charge de la référence géodésique nationale et assure la densification du repère européen).

Des rapports complets de l’installation des deux stations GPS et de leur rattachement géodésique aux repères de marée sont disponibles dans la section "Documentation / Compte-rendus" de SONEL, ou en cliquant sur les pages de garde ci-contre.

Mentionnons que des difficultés dans la collecte automatique des mesures GPS des récepteurs Topcon GB-1000 (accès au serveur FTP des récepteurs) ont retardé la mise à disposition des observations à la communauté scientifique. Le problème a requis l’implémentation du protocole TDTP (Topcon Data Transfert Protocol) par l’équipe ULR en utilisant le langage java (V1.6). La solution est d’ailleurs mise à disposition de ceux qui rencontreraient la même difficulté (Cf. Actualité du 18 juin 2010).

Marégraphe à pression de l’île d’Aix de nouveau opérationnel.

Le Lundi 09 mars 2015, Clément Mayet et Etienne Poirier sont intervenus sur le site de l’île d’Aix pour remplacer le boîtier d’alimentation du marégraphe à pression (RBR) situé au bout de la jetée barbotin.

L’opération s’est déroulée dans de bonnes conditions. Le marégraphe a été configuré pour acquérir une mesure par minute avec une période d’intégration de 40 secondes.

Please tell us about your new updates at :

Contact :
Etienne Poirier (LIENSs - ULR/CNRS)

Tel. 05 46 45 83 94

Crédits photos : Université de La Rochelle :

JPEGJPEGJPEGJPEG











Compléments d’information :

Cette opération arrive à point nommé pour les marées exceptionnelles d’équinoxe qui auront lieu le 21 mars prochain. Par ailleurs, le marégraphe à pression est un composant important de la station d’observation de l’île d’Aix, dont l’instrument principal est le marégraphe radar.

- Page web de la station : Marégraphe de l’île d’Aix
- Marées d’équinoxe exceptionnelles en mars 2015 : Lire la suite sur le site du SHOM

Marégraphes radar en France et contrôle des performances des marégraphes

Deux articles d’intérêt pour la marégraphie viennent de paraître dans les numéros de juillet des revues spécialisées Journal of Coastal Research et Journal of Atmospheric and Oceanic Technologies. L’un porte sur le réseau de marégraphes français et sa modernisation. L’autre s’intéresse au contrôle des performances des marégraphes. Il résuscite une méthode mise au point dans les années 1960, dont l’application est historiquement restée cantonnée aux marégraphes mécaniques. Les auteurs montrent qu’elle conserve tout son intérêt avec les technologies modernes et recommandent sa généralisation. Voir références et résumés en cliquant sur le lien.

Remarque : N’hésitez pas, vous aussi, à faire écho de vos résultats dans cette rubrique "actualités", en .

Mesures du niveau de la mer et nivellement au Vieux port de La Rochelle

Dans le contexte actuel de remontée globale du niveau de la mer, plusieurs études sur l’évolution du niveau de la mer en Charente-Maritime se déroulent actuellement au sein de l’UMR 6250 LIENSs (Université de La Rochelle). Parmi celles-ci, une étude réalisée dans le cadre du stage de Samuel Le Pajolec porte sur quatre lots de mesures du niveau de la mer au Vieux port de La Rochelle :

JPEG - 671.1 ko
Localisation des lots de mesures

- de 1775 à 1776 au canal Maubec,

- en 1824 au bassin à flot intérieur,

- de 1863 à 1874 et de 1887 à 1892 au bassin à flot extérieur.

(Cliquez sur l’image ci-contre pour voir les lieux où ces mesures ont été prises).

JPEG - 1.4 Mo
Echelle Porte des Deux-Moulins

Ces lots de mesures couvrent une période de 118 ans (1775 - 1892), pour une durée effective d’enregistrement de 20 ans et 4 mois, et sont donc répartis sur trois sites différents du Vieux port. Ils ont cependant été enregistrés dans des référentiels de temps et de hauteur différents. Un exemple est donné ci-contre d’échelle de marée graduée en pieds et pouces près de la Porte des Deux-Moulins.

JPEG - 1.3 Mo
Rapport de campagne

Il est donc indispensable de replacer les différents lots de mesures dans des référentiels en hauteur et en temps communs, afin de pouvoir comparer entre eux ces lots de mesure et, par suite, de pouvoir étudier l’évolution des composantes du niveau de la mer au 19e siècle à La Rochelle, voire jusqu’à nos jours si ces mesures anciennes peuvent être rattachées aux mesures plus récentes effectuées au Port de La Pallice depuis la fin du 19e siècle.

Les objectifs de la campagne de nivellement, qui s’est déroulée les 15 et 17 juin 2010, étaient donc multiples. Après avoir retrouvé les repères anciens et actuels du Vieux port, il s’agissait de les niveler afin de vérifier leur stabilité entre 1861 et 2010 et de replacer tous les lots de mesures du niveau de la mer par rapport à un même repère local. Enfin, un inventaire des échelles de marée actuellement installées dans le Vieux port de La Rochelle a également été réalisé. Le rapport de campagne est disponible ici ou en cliquant sur la couverture du rapport ci-contre.

Modernisation des marégraphes de Toulon et de Nice les 20 et 26 mai 2008

Le SHOM vient de moderniser deux marégraphes de son réseau RONIM. Tout d’abord, le marégraphe de Toulon, le 20 mai 2008, avec l’installation d’une centrale d’acquisition Elta et d’un capteur radar Krohne BM70. Ce nouveau matériel remplace le précédent, centrale MORS et capteur acoustique I2E, en place depuis le 17 mars 1998.

Local du marégraphe de ToulonLocal du marégraphe de Toulon
Capteur radar BM70 à ToulonCapteur radar BM70 à Toulon

Il en a été de même pour le marégraphe de Nice, le 26 mai 2008. Une centrale d’acquisition Elta et un capteur radar Krohne BM70 remplacent la centrale MORS et le capteur acoustique I2E qui étaient en place depuis le 18 mars 1998.

Capteur radar BM70 à NiceCapteur radar BM70 à Nice

Modernisation du marégraphe d’Ajaccio dans le réseau RONIM

Du 14 au 18 Septembre 2009, deux électroniciens du service hydrographique de la marine (SHOM), sont allés à Ajaccio afin de moderniser le marégraphe numérique installé depuis Juin 2000 en partenariat avec la Marine Nationale – la Région maritime Méditerranée, et l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA).

JPEG - 700.4 ko
Vue du marégraphe d’Ajaccio
JPEG - 417.4 ko
Capteur radar Optiflex

L’OCA utilise les données de ce marégraphe afin de calibrer le satellite d’altimétrie Jason-2. (Pour en savoir plus sur l’intérêt de ce site, voir l’article de P.Exertier et al. dans la Newsletter AVISO No. 7 intitulé "Calibration altimétrique absolue en Corse").

Un télémètre radar Optiflex remplace donc dorénavant le télémètre à ultrason en place depuis Juin 2000. Il permet toujours, comme l’ancien, de mesurer le niveau de la mer toutes les dix minutes et de faire parvenir les données, par interrogation à distance, au SHOM.

En revanche, une liaison Internet GPRS permet désormais de transmettre également [*les données en temps réel*]. Ces dernières contribueront à l’alerte aux tsunamis en Méditerranée occidentale et peuvent être visualisées sur le site Internet « Sea level station monitoring facility » de la Commission océanographique intergouvernementale (COI). (Cf. actualité SONEL du 30 avril 2009 et/ou lien http://www.ioc-sealevelmonitoring.org).

JPEG - 445.7 ko
Centrale d’acquisition Marelta

Modernisation du marégraphe de Calais dans le réseau RONIM

Du 19 au 23 Octobre 2009, deux électroniciens du service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) se sont rendus à Calais afin de remplacer le matériel mis en place en juin 2003. Le site est instrumenté d’un marégraphe numérique depuis Octobre 1998.

JPEG - 452 ko
Capteur radar Optiwave
JPEG - 440.3 ko

Suite à de nombreux problèmes liés à l’envasement du port de Calais entraînant une perte de données (ou des doutes dans celles-ci), un nouveau type de capteur radar (Khrone Optiwave) a été installé. Ce dernier, [*fixé en plein air au bout d’une potence*] (cf. image ci-contre, à gauche), s’affranchit ainsi des problèmes d’envasement du puits de tranquillisation, et des erreurs de filtrage non-linéaire qui peuvent survenir entre l’intérieur et l’extérieur d’un puits de tranquillisation (Voir par exemple l’Annexe C du livre sur "La Marée" par B.Simon, publié par l’Institut Océanographique en 2007).

De plus, une liaison Internet GPRS permet dorénavant de transmettre également [*les données en temps réel*]. Ces dernières sont visibles sur le site Internet « Sea level station monitoring facility » de la Commission océanographique intergouvernementale (COI). (Cf. actualité SONEL du 30 avril 2009 et/ou lien http://www.vliz.be/gauges/).

Modernisation du marégraphe de Marseille dans le réseau RONIM

Du 7 au 9 avril 2009, des personnels de l’Université de la Rochelle (ULR) de l’Institut Géographique National (IGN) et du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM), se sont rendus à Marseille afin de moderniser le marégraphe numérique qui est en place depuis Juin 1998.

Le bâtiment, situé sur la Corniche à Marseille dans l’Anse Calvo, qui héberge le marégraphe mécanique d’origine (toujours en activité) et le marégraphe numérique actuel, a été construit en 1883. Il est "célèbre" car les mesures qui y ont été effectuées ont permis de déterminer le zéro du nivellement général de la France (NGF) en adoptant le niveau moyen observé en ce lieu entre le 3 février 1885 et le 31 décembre 1896.
Le nouvel équipement fait l’objet d’une convention entre le SHOM et l’IGN et est inclus dans le réseau de marégraphes RONIM du SHOM.

 

Un télémètre radar remplace désormais le télémètre à ultrason.
Cet instrument mesure le niveau de la mer toutes les dix minutes et transmet les données, par interrogation à distance, au SHOM.
Une sortie en temps réel de la centrale d’acquisition permet désormais de transmettre également les données en temps réel. Celles-ci sont visibles sur Internet (http://www.vliz.be/gauges/)

Enfin, rappelons que ce site fait partie du programme mondial GLOSS d’observation du niveau des mers et possède une série qui couvre plus de un siècle de variations du niveau de la mer (ci-dessous les moyennes annuelles disponibles au PSMSL).

 

Moyennes journalières, mensuelles et annuelles

Depuis octobre 2010 les données et graphes des moyennes du niveau de la mer journalières, mensuelles et annuelles sont disponibles sur SONEL pour les stations françaises (un lien vers le PSMSL est proposé pour les stations étrangères lorsque la page spécifique de la station y est identifiée et que le marégraphe est co-localisé avec une station GPS ou DORIS). Ces moyennes ont été calculées à partir du filtre de Demerliac et du filtre de Doodson (voir détails dans l’article Calcul des niveaux moyens), avec possibilité de choix pour l’utilisateur.

Les graphiques

Sur les graphiques dans les pages individuelles par station sont représentées ces moyennes calculées à partir des observations contrôlées (en bleu) et non-contrôlées (en rouge). Un exemple est donné dans l’image ci-dessous, prise de la page de la station de La Rochelle.

- Les observations non-contrôlées sont des fichiers de mesures brutes échantillonnées toutes les 10 minutes. Une mesure correspond la plupart du temps à une hauteur d’eau calculée sur une période d’intégration de deux minutes (filtrage des oscillations de courte période telles que la houle) à partir de mesures individuelles prises toutes les secondes. Elles n’ont été soumises à aucun contrôle de la part du SHOM, et sont donc à utiliser avec la plus grande précaution même si l’instrument est de technologie moderne (voir les résultats d’expérience sur les marégraphes radars publiés dans Journal of Coastal Research en 2008). Les fichiers de mesures à 10 min. sont disponibles environ une semaine après la date effective de la mesure.

- Les observations contrôlées, fichiers d’observations horaires, ont été validées par le SHOM, après qu’elles aient été soumises à divers contrôles de qualité. Les valeurs horaires proviennent d’un ré-échantillonnage des observations fréquentes (10 minutes) à l’heure ronde. Les observations horaires contrôlées sont disponibles environ 2-3 mois après la date effective de la mesure. (Voir détails sur les contrôles qualité effectués par le SHOM).

Les fichiers de valeurs moyennes et leur format

Seuls les fichiers de moyennes journalières, mensuelles et annuelles calculées à partir des données contrôlées sont disponibles. Ils se présentent sous forme de matrice à deux colonnes : la date (en années décimales) et la hauteur d’eau (en millimètres). Le format adopté est celui du PSMSL, de même que les critères de calcul des moyennes mensuelles et annuelles, en particulier sur la question des lacunes d’observation.

Ils peuvent se télécharger individuellement depuis la page Web d’un marégraphe, en cliquant sur le bouton situé sous le graphique des moyennes choisies. Mais ils sont également disponibles sur le serveur FTP (ftp.sonel.org) qui est très pratique pour l’accès rapide aux données de plusieurs stations. Voici comment se définissent les noms des fichiers de moyennes :

- La première lettre en minuscule :
"d" pour les moyennes journalières ("daily"), "m" pour les moyennes mensuelles ("monthly") ou "y" pour les moyennes annuelles ("yearly")
- L’acronyme de la station, en majuscule, formé de 5 lettres (identifiant interne de la base de données SONEL)
- L’extension ".slv", pour le type de grandeur "sea level".

Exemple : le fichier de moyennes journalières à La Rochelle se nomme dLROCH.slv

Structure du système de fichiers dans le serveur FTP

|-- legos
|   |-- rosame
|   `-- sao_tome
|-- shom
|   |-- HAUT_10           => Fichiers des observations à 10 minutes
|   |   |-- RECENT           -> avec les 50000 dernières observations à 10 min.
|   |   `-- TOTAL            -> complets
|   `-- HAUT_HOR          => Fichiers des observations horaires contrôlées
|       |-- TOTAL            -> complets
|       `-- VALID            -> avec les observations de l'année en cours
`-- MSL
   |-- Demerliac          => Nom du filtre appliqué
   |   |-- data              -> Fichiers de valeurs moyennes
   |   `-- graphs            -> Graphiques visibles sur le site Web
   `-- Doodson            => Nom du filtre appiqué
       |-- data              -> Fichiers de valeurs moyennes
       `-- graphs            -> Graphiques visibles sur le site Web

 

Rappel sur les répertoires et leur contenu

- legos  : contient les observations des marégraphes du réseau ROSAME et de celui de Sao Tomé gérés par le LEGOS.

- shom : contient les observations des marégraphes du réseau RONIM du SHOM. HAUT_10 contient les observations échantillonnées à 10 min. et HAUT_HOR les observations horaires contrôlées.

- MSL (Mean Sea Level) : contient les moyennes journalières, mensuelles et annuelles, calculées à partir des observations horaires contrôlées.

Niveaux de la mer exceptionnellement élevés sur le littoral métropolitain dimanche 28 février

Les marégraphes du réseau d’observation du niveau de la mer (RONIM) ont fonctionné à l’occasion du passage de la tempête Xynthia sur le littoral métropolitain dans la nuit du 27 au 28 février 2010.

La tempête a été maximale au moment de la pleine mer de coefficient 102 et a engendré des niveaux de la mer exceptionnellement élevés sur les sites de La Rochelle-La Pallice, Les Sables d’Olonne, Port-Bloc et Saint-Nazaire.

A La Rochelle, une surcote de l’ordre de 1,50 m a été observée par rapport à la hauteur prédite de pleine mer. La hauteur statistique de niveaux extrêmes de pleine mer, pour une période de retour de 100 ans, a également été dépassée.

L’image ci-dessous (cliquez pour agrandir) montre les prédictions (en vert) et les observations (en bleu) des hauteurs d’eau à La Rochelle - La Pallice entre le samedi 27 février minuit et le dimanche 28 février minuit. Les surcotes sont présentées en rouge.

PNG - 27 ko
Hauteurs d’eau à La Rochelle (Février 2010)

[*Source :*] SHOM.

Nouveau site web pour SONEL

Le crash de la machine hébergeant le site web SONEL a accéléré la mise en ligne du nouveau site. Vous constaterez ainsi que certaines rubriques restent à finaliser. Un changement important concerne l’authentification des utilisateurs lors de l’accès aux données des marégraphes sur le serveur FTP (distinct du serveur Web). Cet accès requiert l’inscription ou ré-inscription des utilisateurs à travers un formulaire de demande d’accès (cliquez sur le lien). La structure du sytème de fichiers du serveur FTP est restée la même, de même que les formats de ces fichiers et la façon de les désigner. Les données GPS demeurent quant à elles en accès anonyme dans ce même serveur. Rappelons l’adresse de ce serveur : ftp.sonel.org

Nouveaux outils sur SONEL et refonte de la page d’accueil

Depuis la dernière réunion du groupe d’experts du programme mondial GLOSS d’observation du niveau de la mer, l’équipe SONEL de l’Université de La Rochelle a travaillé dans une meilleure mise à disposition des résultats GPS. Un premier pas vient d’être réalisé à travers : 1) une refonte de la page d’accueil et 2) la mise à disposition de nouveaux outils de visualisation des séries temporelles de positions GPS avec des options telles que : inclure ou pas les tendances linéaires, le cycle annuel ou les décalages (détectés).

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contacts :

Mikaël Guichard, Ingénieur informatique

Médéric Gravelle, Ingénieur de Recherche

Quelques détails :

PNG - 998.7 ko
Click to enlarge

Le premier changement important concerne la page d’accueil. Un nouveau bloc "Mouvements verticaux à la côte" a été crée renvoyant à la page des solutions GPS. L’organisation des informations dans la page des solutions GPS est en cours de révision. Une perspective importante est de fournir des produits combinés des analyses GPS et marégraphes tels que des vitesses absolues (géocentriques) du niveau de la mer. Cette perspective est en cours d’étude avec les collègues du PSMSL où des vitesses relatives (par rapport à la côte) du niveau de la mer sont disponibles de l’analyse des seules données des marégraphes.

Plus intéressant pour les analystes, un nouvel outil a été développé pour afficher les séries de positions GPS. L’utilisateur peut maintenant choisir entre plusieurs options telles que : retirer ou pas la tendance linéaire (vitesse), le cycle saisonnier (annuel) ou les décalages détectés. De manière cohérente, la série de positions GPS téléchargeable est en accord avec les options d’affichage choisies. Par exemple, si l’option "remove trend" est cochée, alors le fichier de données téléchargeable ne contiendra pas de tendance linéaire. La Figure ci-contre à droite montre différentes options possibles ou combinaison d’options pour la station GPS de Perth (cliquez sur le lien pour accéder à cette station et tester les options). Cet outil apportera un soutien considérable d’aide à l’analyse pour mieux comprendre et interpréter les signaux observés par une station donnée, son bruit et de manière plus générale sa qualité.

Nouvelles stations GNSS en 2016

Fin 2016, le nombre de stations GNSS au marégraphe dans la base SONEL a dépassé les 900 stations permanentes (914).

En 2016, 6 nouvelles stations ont été installées et integrées au système SONEL :
- BGBC (Bourg Blanc), installée le 2016-06-07,
- FRRL (FERROL - Puerto Exterior), installée le 2016-04-08, nouvelle sur le site et proche du marégraphe collocalisé,
- WQSL (GPS Wake TG), installée le 2016-04-04, nouvelle sur le site et proche du marégraphe collocalisé, installée à moins de 100m du marégraphe,
- OWMG (Chatham Island - Owenga), installée le 2016-03-01,
- STMT (Saint Martin), installée le 2016-02-18, à moins de 100m du marégraphe,
- APS1 (SANTANA - DOCAS), installée le 2016-01-26, installée à moins de 1km du marégraphe.

En 2016, 10 stations GNSS au marégraphe installées en 2015 ont été integratées à la base SONEL :
- BCL1 (Barcelona), installée le 2015-12-02,
- CANN (Cannes), installée le 2015-11-30, decommissionnée le 2016-12-12, devrait être bientôt remplacée,
- XIXO (Gijon), installée le 2015-11-12, nouvelle sur le site et proche du marégraphe collocalisé,
- MRTG (Maré), installée le 2015-11-05, nouvelle sur le site et proche du marégraphe collocalisé, installée à moins de 100m du marégraphe, nivelée par rapport au marégraphe,
- SAS2 (Sassnitz), installée le 2015-10-22, à moins de 100m du marégraphe,
- MQSI (MIDWAY TG), installée le 2015-10-15, nouvelle sur le site et proche du marégraphe collocalisé, installée à moins de 100m du marégraphe,
- ASCG (ASCENSION), installée le 2015-07-24, nivelée par rapport au marégraphe,
- TGDR (BarahoTG_DOM2015), installée le 2015-07-08,
- UCA1 (Puerto Real - Cadiz), installée le 2015-06-01,
- SEY2 (Seychelles), installée le 2015-02-19, pour laquelle le marégraphe collocalisé a été nivelé.

Numérisation de marégrammes par NUNIEAU

CETE MéditerranéeLes améliorations récentes apportées au logiciel NUNIEAU pour la numérisation des marégrammes papiers ont fait l’objet d’une présentation dans les Xèmes Journées Nationales "Génie Côtier - Génie Civil" qui se sont tenues à Sophia Antipolis du 14 au 16 octobre. NUNIEAU est un outil précieux qui exploite les technologies modernes de traitement d’images. Il remplace très avantageusement les tables à numériser classiques. Mentionnons parmi ses nombreux avantages la possibilité d’obtenir des valeurs de hauteur d’eau à une fréquence plus élevée que l’heure pour un travail de préparation et de numérisation équivalent. Si vous voulez en savoir plus, voici quelques liens utiles :
- vers le poster présenté en octobre 2008 à Sophia Antipolis ;
- vers les pages Nunieau où le logiciel peut-être téléchargé ;
- un contact : (CETE Méditerranée).

 

Observations en temps-réel des marégraphes : service en ligne (UNESCO/COI)

Cliquez sur l’onglet « Programmes » du bandeau de gauche, puis sélectionnez « Temps réel (UNESCO/COI) » pour en savoir plus sur le service temps-réel proposé par la COI.

Offre d’emploi : Chargé d’étude en reconstruction et analyse d’une série historique de hauteurs d’eau

Le SHOM propose un poste de chargé d’étude en reconstruction et analyse d’une série historique de hauteurs d’eau. Ce poste, à pourvoir au plus tôt en avril 2013 est basé à Brest. D’une durée de 24 mois il est ouvert à un(e) docteur ou ingénieur.

Source :
Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM).

N’hésitez pas à nous faire part de vos nouvelles et résultats

Contact :
Nicolas Pouvreau (SHOM)

Tel. 02 98 22 17 42

Détails :

Dans le cadre de son rôle de référent national pour l’observation in situ du niveau de la mer le SHOM a mis en place le système REFMAR (refmar.shom.fr), infrastructure visant à acquérir, traiter, archiver et distribuer des données historiques à haute fréquence du niveau marin, afin d’observer et de comprendre les processus d’évolutions à long terme du niveau des mers.

Il sera demandé dans un premier temps la numérisation, le traitement, le contrôle, l’archivage et la distribution de données de niveau marin inédites observées à Saint-Nazaire depuis 1863. Dans une seconde phase, l’analyse et l’interprétation des composantes du niveau de la mer et l’intercomparaison de cette série avec d’autres déjà disponibles en France et à l’étranger seront effectuées.

Pour en savoir plus :
Lien vers l’annonce au SHOM et vers la fiche de poste

Parution du tome 3 de la série "Le climat de la France au XXIe siècle" portant sur l’évolution du niveau de la mer

Le Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL) a sollicité, en 2010, l’expertise de la communauté française des sciences du climat afin de produire une évaluation scientifique des conditions climatiques de la France au XXIe siècle.

JPEG - 22.3 ko

Le Dr Jean Jouzel a été chargé de diriger cette expertise, réalisée par des chercheurs du CNRS/INSU/IPSL et LGGE, de Météo-France, du BRGM, du CEA, du CETMEF et du CNES. La série "Le climat de la France au XXIe siècle" rassemble les résultats de ces travaux : elle fournit les indices climatiques de référence qui doivent servir de base à l’élaboration des mesures d’adaptation au changement climatique. Cet outil est indispensable aux nombreux acteurs de l’adaptation que sont, notamment, les collectivités locales, le secteur économique privé, les associations, les services de l’Etat. Pour cette raison, la production de ces données de référence figure comme Action n°1 dans le Plan national d’adaptation au changement climatique entré en vigueur le 19 juillet 2011. L’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) organise et diffuse cette information scientifique.

L’objectif principal du tome 3 de cette série portant sur l’évolution du niveau de la mer est de faire un point plus complet des connaissances tirées du dernier rapport du GIEC (2007) et de recherches plus récentes, tant en ce qui concerne les observations que les projections futures. La marégraphie ainsi que l’observation à long terme du niveau de la mer occupe une place de choix dans ce rapport.

Port Bloc : Corrections et Mises à jour des données

Les données de Port-Bloc de 2000 à 2008 ont fait l’objet d’un examen détaillé qui a conduit à les corriger. Les corrections affectent aussi bien les données horaires que les observations à 10 min. et les niveaux moyens. Les données corrigées viennent donc d’être mises sur SONEL. Une courte note sera publiée prochainement par le SHOM sur cette étude particulière.

Projet MAREMOTI (ANR) : un ingénieur est recherché(e) par le SHOM

MAREMOTI est un projet du programme national Risques Naturels (RiskNat 2008) de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Dans ce cadre, le SHOM recherche un ingénieur en CDD qui assurera un travail de recherche sur l’application de l’observation des hauteurs d’eau (marégraphie) à la connaissance des tsunamis sur les côtes de l’océan Atlantique et de la mer Méditerranée.

Son rôle consistera dans un premier temps à répertorier les enregistrements marégraphiques d’intérêt au sein des divers organismes et centres d’archivages (dont le SHOM). Ce travail comprend un volet historique. Il effectuera ensuite, ou en parallèle, le traitement de ces enregistrements et participera à leur archivage dans une base de données spécifiques ainsi qu’à leur interprétation en vue de valider les modélisations effectuées par ailleurs. Il développera enfin l’expertise et les outils permettant de caractériser les tsunamis historiques inventoriés.

Il lui appartiendra de communiquer les résultats de ses recherches en rédigeant et présentant ses travaux dans des rapports d’études, des publications ou au cours de conférences.

En savoir plus (cliquer sur le lien) : pages SHOM, rubrique emplois.

Réunions du programme mondial GLOSS, Unesco, Paris, 7-11 novembre 2011

La prochaine réunion du groupe d’experts du programme mondial d’observation du niveau de la mer (GLOSS) se tiendra à l’UNESCO, Paris, du 9 au 11 novembre 2011. Elle sera précédée de deux workshops qui porteront sur :

GIF - 6.9 ko

- Les ondes de tempête, les niveaux d’eau extrêmes, et le besoin en données temps-réel de grande qualité (7-8 novembre 2011) ;

- Les méthodes satellitales de surveillance des mouvements verticaux des marégraphes (8-9 novembre 2011).

Quant à la réunion des experts du programme GLOSS à proprement parler, elle se tiendra donc du 9 au 11 novembre 2011. Le rapport de la France est disponible en ligne (cliquez sur le lien). Les programmes des différentes réunions sont accessibles sur le site officiel de la COI/unesco via le 1er lien ci-dessous.

En savoir plus :
- sur ces rencontres
- sur le programme mondial GLOSS

Restructuration de SONEL, Observations marégraphiques et référent national (REFMAR)

Fédérer les réseaux de marégraphes existants en France, et veiller à l’intégration des réseaux émergeants, est l’un des objectifs à l’origine de l’idée de SONEL. Prévu initialement au SHOM par B. Simon (1999), l’objectif a rencontré des difficultés pratiques et n’a pu se mettre en oeuvre que partiellement (réseaux RONIM et ROSAME) et à l’université de la Rochelle à partir de 2003 (premières observations en ligne) (cf. actes AEI 2004).

Aujourd’hui, le contexte est plus favorable. Le SHOM est désigné référent national pour l’observation in situ du niveau de la mer, la gestion et la diffusion des mesures en résultant : voir l’instruction permanente du Premier ministre n°863/SGMer du 20 avril 2010. Désormais, il assure notamment les fonctions de :

- coordination de la collecte des observations du niveau de la mer réalisées par l’ensemble des organismes et services relevant d’autorités publiques ;
- gestion et archivage en temps différé des observations collectées ;
- coordination de la diffusion en temps réel et en temps différé des observations en assurant les conditions d’accessibilité et d’utilisation conformément aux dispositions en vigueur relatives à l’information du public.

PNGA ce titre, le SHOM met en place REFMAR (ci-contre) où les utilisateurs trouveront les mesures (brutes en temps réel, et contrôlées en temps différé) des marégraphes installés sur territoire français. La prise de fonction du volet observation marégraphique par le SHOM est une excellente nouvelle. Elle permet à l’université de la Rochelle de recentrer ses ressources sur les autres composantes du système SONEL (voir architecture ci-dessous). Mais, surtout, elle garantit la gestion de l’observation marégraphique par des spécialistes reconnus, héritiers d’une expérience qui remonte au premier marégraphe français conçu par l’ingenieur hydrographe R. Chazallon en 1843.

PNG - 83 ko
Architecture SONEL

L’infrastructure de SONEL est réorganisée en conséquence, en particulier les serveurs Web et FTP de SONEL, de façon à converger vers l’architecture décrite dans le diagramme ci-contre. Elle intègre REFMAR de façon aussi optimale et transparente que possible pour les utilisateurs. De nombreux liens sont créés à tous les niveaux de SONEL, en particulier pour assurer l’objectif initial de synergie des données de marégraphie et de géodésie.

En pratique

Une phase de transition sera assurée au mieux de nos resources. Pendant cette phase de transition les utilisateurs trouveront les observations des marégraphes français aussi bien dans les serveurs ftp.sonel.org et www.sonel.org que dans les serveurs refmar.shom.fr. Mais ils doivent être conscients qu’ils ont tout intérêt à chercher les observations à la source SHOM (REFMAR). Le SHOM a une expertise et expérience séculaires reconnues dans le domaine de la marégraphie. De plus, toute nouveauté et évolution dans les réseaux de marégraphes français (nouvelles stations, journal de bord...) sera répercutée sans délais dans REFMAR en raison même de la mission qui lui est confiée (cf. instruction permanente), et cela quelque soit le réseau de marégraphes français (RONIM, ROSAME, etc.).

JPEG - 157 ko
Phase de transition sur SONEL
JPEG - 176.8 ko
A terme sur SONEL

La source des données haute fréquence (REFMAR) sera identifiée et accessible dans les pages Web SONEL de chaque station au-dessus des blocs actuels de visualisation et de téléchargement pendant la phase de transition, mais ces blocs de visualisation et de téléchargement disparaitront à terme des pages SONEL et seul le bloc de liaison vers la source (REFMAR) sera disponible. Les images ci-contre donnent un exemple de comment cela apparaît dans la phase de transition (qui débute aujourd’hui) et à terme.

Calendrier

- Dès aujourd’hui, les utilisateurs des observations haute fréquence (horaires, 10min.,...) des marégraphes sont encouragés à s’inscrire dans REFMAR.
- Début mars, les données haute fréquence des marégraphes ne seront accessibles que sur REFMAR, d’abord sur le serveur provisoire actuel, puis sur un serveur définitif en cours de validation (début avril).

Session dédiée niveau de la mer à l’EGU. Vienne, 13-18 avril 2008.

Une session spéciale de l’EGU 2008 célèbre le 75ème anniversaire du service permanent du niveau moyen de la mer, le PSMSL. Pour plus de détails voir : http://www.pol.ac.uk/psmsl/psmsl_egu2008.html

Surveillance géodésique des marégraphes par GPS

La dernière solution GPS réalisée par le consortium ’ULR’, constitué des laboratoires LIENSs (Université de la Rochelle) et LAREG (IGN), est publiée depuis ce printemps dans la revue Geophysical Research Letters (2009). Elle est désormais disponible dans SONEL sous forme de séries temporelles de positions hebdomadaires et de vitesses exprimées dans le repère ITRF2005.

PNG - 26.5 ko

Le traitement des observations GPS est particulièrement complexe pour déterminer les mouvements verticaux du sol sur lequel reposent les marégraphes (mouvements de l’ordre du mm/an). L’article publié en 2007 par les membres du centre d’analyses ’ULR’ explique les difficultés et les défis soulevés par cette problématique. La figure ci-contre illustre les enjeux : à gauche sont présentées des séries de niveaux moyens de la mer mesurés par marégraphie ; au milieu les séries sont corrigées avec les prédictions du modèle de rebond postglaciaire ICE5G (VM2) ; et à droite avec les vitesses GPS obtenues par le centre ULR dans le repère ITRF2005.

JPEG - 32.6 ko
Cluster Ymir (ULR)

Pour répondre à ce besoin SONEL s’appuie donc sur le centre d’analyses ULR dont l’infrastructure de calcul se trouve à l’université de La Rochelle. Le cluster acquis en 2008 a permis de réduire les temps de calcul de manière très significative, passant de 1 an à 2-3 semaines pour traiter 10 ans d’observations GPS d’un réseau global de quelque 200 stations. Il ouvre de très importantes perspectives d’expérimentation (nouvelles stratégies, modélisations, corrections). En particulier, il a permis au groupe ULR de concourir avec 9 des plus prestigieux groupes du domaine du spatial qui participent à la première campagne ’reprocessing’ du service international IGS.

Cliquez sur le lien suivant pour obtenir des détails et récupérer les résultats de la dernière solution ULR. Remarque : les fiches de station GPS que l’on peut accéder via les vues Google Map proposent également un accès aux résultats par station. Ces fiches sont accessibles aussi depuis la fiche du marégraphe qui est co-localisé avec l’antenne GPS.

 

Téléchargement de données GPS en dehors du processus automatique (Jan. 2013 to Mars 2014)

La procédure standard de collecte de données GPS sur SONEL s’effectue via un processus automatique journalier et porte sur les fichiers de données pour des observations ayant eu lieu dans les 61 jours précédents (leur mise à disposition peut arriver avec un certain délai). En dehors de ce processus automatique, l’équipe SONEL procède à des campagnes de collectes manuelles de données, dès lors qu’elle a été informée de leur mise à disposition.

Cette news donne un bilan, au même format que dans la news précédente, de ces derniers téléchargements manuels de données GPS qui ont été réalisés depuis un peu plus d’un an (Jan. 2013 à mars 2014).
Cette information a été diffusée sur 2 fichiers : un donne les fichiers de données téléchargés manuellement en 2013, et l’autre sur la période Jan. à mars 2014.

Pour en savoir plus, voir la précédente news relative à ce même sujet. Elle a été publiée en anglais le 11/02/2013, ci-dessous reprise avec une traduction en français.

Texte - 5 ko
Manual data collection campaign 2013
Texte - 58.7 ko
Manual data collection campaign first trimester 2014
N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions

Contact :

Elizabeth Prouteau, IT Engineer

Brièvement :

SONEL collecte journellement les données de plusieurs centaines de stations GPS@TG, et les redistribue via FTP ou WEB. Régulièrement, des nouvelles stations sont ajoutées à la base et leur données collectées (généralement sur une période supérieure à 61 jours). De plus, l’IGS ou EUREF dispense des messages d’informations sur la nouvelle disponibilité de données, soit parce que la communication avec la station avait été rompue, soit parce que les données initiales ont été corrompues et doivent être corrigées. Cette information peut survenir bien après la période de collecte par processus automatique sur SONEL (de 61 jours), offrant ainsi à SONEL la possibilité de compléter sa base de données.

L’équipe aussi SONEL procède à des campagnes régulières afin d’intégrer à la base de données les nouvelles stations et observations.
Dans le cas de stations nouvellement intégrées dans la base SONEL, elle entrent dans le processus standard de collecte journalière à partir des centres de données externes, mais seuls les 61 derniers jours sont pris en compte. En conséquence, les données plus anciennent doivent être traitées par un processus manuel.

Pour une même station, il se peut que soient mentionnées plusieurs lignes, correspondant à des dates de téléchargement différentes. Pour chaque date de téléchargement, on indique le premier et le dernier jour des fichiers de données téléchargés, sans tenir compte à l’intérieur de cet intervalle d’éventuels périodes sans données.

WORKSHOP GLOBAL AND REGIONAL SEA LEVEL VARIABILITY AND CHANGE

10-12 JUIN 2015

MALLORQUE, ESPAGNE

https://slrmallorca.wordpress.com/

Les objectifs du workshop sont :

- Evaluer et intégrer une vision de l’état actuel des connaissances du niveau marin prenant en compte les derniers résultats sur ce sujet.

- Identifier les manques et les questions non-résolues sur tous les aspects des sciences du niveau marin et définir les voies de la future recherche .

- Encourager les collaborations internationales entre chercheurs de disciplines complémentaires .

7 Sessions:

  • Paléo -Niveau Marin
  • Mouvements terrestres verticaux
  • Observation du Niveau Marin moyen et Processus
  • Modéliser les Changements du Niveau Marin
  • Les niveaux marins extrêmes
  • Impacts Côtiers face aux changements du niveau marin
  • Session spéciale sur le niveau marin en Méditerranée

Comité Scientifique :

Marta Marcos, IMEA (UIB-CSIC), Mallorca, Spain
Francisco M. Calafat, National Oceanography Centre, Southampton, UK
Sonke Dangendorf, Research Institute for Water and Environment (fwu),University of Siegen, Germany
Ivan Haigh, University of Southampton, UK,

Les insciptions seront ouvertes en Mars 2015
Les soumissions d’abstract seront possibles du 1ier janvier au 8 Mars 2015

Workshop IGS. Miami Beach, 2-6 Juin 2008.

Le National Geodetic Service (Etats-Unis) héberge la prochaine réunion de l’IGS au cours de laquelle l’état de l’art dans l’analyse des mesures GPS sera revu et discuté. Pour plus de détails voir : http://www.ngs.noaa.gov/IGSWorkshop2008/