Accueil Présentation Partenaires > Partenaires scientifiques et techniques

Partenaires scientifiques et techniques

SONEL se développe actuellement tant bien que mal suivant l’approche de « best effort » des partenaires SHOM, LEGOS, IGN et Université de La Rochelle. Il ne relève donc pas d’une détermination scientifique objective reflétant une attitude nationale. Le projet SONEL et sa maquette démonstrative ont pourtant été très bien reçus par la communauté internationale avec la diffusion des premières données horaires de marégraphie en janvier 2003, plaçant ainsi la France au rang du deuxième pays en Europe à fournir ce type de données. SONEL est cependant loin de remplir ses ambitions faute de cadre national légitime et de moyens dédiés.

La coordination et le développement du système informatique sont menés à l’université de La Rochelle : d’abord timidement, avec l’appui du laboratoire CLDG (70% du temps d’un technicien adjoint pour aider dans l’acquisition des mesures de terrain) ; ensuite, dans un contexte un peu plus favorable de politique littorale soutenue par l’université de la Rochelle à travers la composante observatoire de la fédération de recherche (FR-3097) en accordant 40% du temps d’un ingénieur informaticien à l’activité de centre de données, et 40% à l’activité de calculs GPS.

Quelques mots sur les partenaires actuels :

- Le SHOM est le principal dépositaire d’observations séculaires de marégraphes en France. Il possède et entretient une base de données unique de hauteurs d’eau de marégraphes à l’échelle nationale. Pour mener à bien ses missions historiques liées à la sécurité de la navigation (établissement des annuaires de marée en particulier), le SHOM développe un réseau moderne de marégraphes permanents appelé RONIM. Depuis 2007, ce réseau s’inscrit dans le cadre des nouvelles attributions de l’établissement public SHOM de soutien aux politiques publiques maritimes et au littoral. RONIM s’appuie sur des capteurs radar et ultrasons, ainsi que sur des moyens de communication modernes. Outre son expertise et son expérience séculaires dans le domaine de la marégraphie, le SHOM gère la station GPS permanente de Brest, observatoire historique du niveau de la mer. Rappelons en effet que les premières observations systématiques du niveau de la mer furent réalisées par les astronomes La Hire et Picard en 1679, à Brest.

- Le Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS) :
Le LEGOS est un laboratoire mixte avec une triple tutelle : le CNES, le CNRS (Département des Sciences de l’Univers) et l’Université Paul Sabatier. Ce laboratoire met en oeuvre un réseau de marégraphes dans les régions antarctique et sub-antarctique de l’océan Indien : le réseau ROSAME.

- L’Institut Géographique National (IGN) :
L’IGN est bien entendu très familier avec les techniques spatiales de positionnement, en particulier GPS. Ainsi, cet institut est impliqué dans l’IGS et dans EUREF depuis l’origine de ces services internationaux (centre de données global, réseau GPS permanent...). Par ailleurs, l’IGN a la charge du réseau de stations DORIS, installation et maintenance, soit une cinquantaine de balises dans le monde. L’IGN est également très impliqué dans les activités de l’IERS, en particulier dans la réalisation du repère terrestre, l’ITRF. Enfin, soulignons que le marégraphe de Marseille, opérationnel depuis 1885, relève de l’IGN, et que Les activités de recherche en géodésie sont conduites dans le laboratoire appelé LAREG.

- L’équipe "Dynamique Physique du Littoral" de l’UMR 6250 LIENSS :
Les activités de recherche de l’équipe DPL se situent dans l’interface terre - mer avec un axe "niveau de la mer" qui s’intéresse à la mesure, à la description et à la compréhension des variations du niveau de la mer. Cette équipe contribue aux réseaux IGS et EUREF à travers les stations GPS permanentes de Chizé et de La Rochelle. Elle participe au projet pilote TIGA de l’IGS et héberge le centre de données SONEL dont elle en assure le développement en partenariat avec les autres organismes impliqués.

Bien que le SHOM et l’IGN représentent les principaux producteurs de données de marégraphie et de géodésie spatiale en France, de nombreuses observations sont réalisées par des organismes relativement indépendants et parfois isolés, tels que les ports autonomes ou les services maritimes de DDE. SONEL reste largement ouvert à la participation de ces organismes afin de les accompagner dans leurs choix, les aider à produire des données de qualité et à les diffuser.