Accueil Présentation Objectifs particuliers > Objectifs particuliers

Objectifs particuliers

Pour apporter des éléments de réponse à la problématique des changements du niveau de la mer, le long des côtes françaises, mais aussi pour contribuer aux dispositifs régionaux et mondiaux d’observation, huit domaines d’activité sont actuellement identifiés :

- Fédérer les réseaux existants (RONIM, ROSAME) et veiller à l’intégration des réseaux émergeant dans un système unique.

- Collecter et archiver les observations des stations (cette activité correspond aujourd’hui à une mission confiée au SHOM, cf. Instruction du Premier Ministre du 20 avril 2010) ; et diffuser de manière pratique les données à travers un système unique. Un volet historique de sauvetage du patrimoine, parfois séculaire, est prévu également étant donné le grand potentiel scientifique qu’il recèle dans le contexte actuel de changement climatique.

- Contrôler la qualité des observations, mais aussi les performances des instruments sur le terrain ; leur apporter les compléments de mesure nécessaires pour qu’elles deviennent utiles, par exemple en géodésie (GPS, gravimétrie absolue…) pour estimer la stabilité géodésique des sites.

- Elaborer des produits spécifiques à partir des observations, en particulier des niveaux moyens mensuels et annuels pour le service international PSMSL, des mouvements verticaux des marégraphes dans un repère géocentrique pour l’IGS, qui répond à une demande explicite du programme mondial GLOSS.

- Assurer le service et son évolution en accord avec les besoins des utilisateurs, mais aussi avec les contraintes techniques du matériel informatique, et des producteurs de données.

- Stimuler et soutenir la recherche et la valorisation des observations ; mener ses propres analyses aussi bien sur la métrologie du niveau marin que sur leur exploitation scientifique.

- Effectuer des analyses de données et publier des résultats scientifiques.

- Promouvoir l’échange d’information entre producteurs, utilisateurs ; partager le savoir-faire technique, surtout dans le contexte actuel d’émergence de réseaux territoriaux ; participer aux réunions des programmes internationaux pour assurer l’intégration de la participation française dans ceux-ci.

Le rôle de coordination en matière de marégraphie est donc désormais assuré par le SHOM (cf. Instruction du Premier Ministre du 20 avril 2010). SONEL contribuera à favoriser la liaison avec les chercheurs et les applications scientifiques.